Les doctrines monétaires et financières en France du XVIe au XVIIIe siècle

Գրքի շապիկի երեսը
F. Alcan, 1928 - 326 էջ

From inside the book

Common terms and phrases

Սիրված հատվածներ

Էջ 86 - N'y ayant qu'une quantité d'argent qui roule dans toute l'Europe et qui est augmentée de temps en temps par celui qui vient des Indes occidentales, il est certain et démonstratif que, s'il n'ya que 150 millions de livres d'argent qui roulent dans le public, on ne peut parvenir à l'augmenter de vingt, trente ou cinquante millions qu'en mesme temps qu'on n'oste la mesme quantité aux Etats voisins.
Էջ 99 - C'est celui de tous les revenus qui emploie le moins de gens à sa perception, qui cause le moins de frais, et qui s'exécute avec le plus de facilité et de douceur.
Էջ 14 - Or, on pejut dire que la France possède cette abondance au suprême degré, puisque de son superflu elle peut grassement assister ses voisins, qui sont obligés de venir chercher leurs besoins chez elle, en échange de leur or et de leur argent; que si avec cela elle reçoit quelques-unes de leurs denrées, ce n'est que pour faciliter le commerce, et satisfaire au luxe de ses habitants; hors cela elle pourrait très-bien s'en passer.
Էջ 180 - C'est en cela que les actions sont un bien faux et chimérique, et que l'on avait raison de vouloir profiter du moment heureux. Je réponds à cela: les maisons qui sont dans Paris, prises toutes...
Էջ 229 - Le prix ou la valeur intrinsèque d'une chose est la mesure de la quantité de terre et du travail qui entre dans sa production eu égard à la bonté ou produit de la terre et à la qualité du travail (3).
Էջ 180 - Paris, prises toutes en capital, surpassent peut-être en prix toute l'espèce qui est dans le royaume. Les terres qui sont en France ne seraient pas payées par tout l'or qui est encore enfermé dans les mines du Pérou. Les maisons et les terres n'ont-elles pour cela qu'un prix chimérique, et sur cette réflexion que je ferais faire à la plupart d'entre eux pour la première fois de leur vie, vont-ils tous prendre en un jour la résolution de réaliser tous les biens-fonds, et de les convertir...
Էջ 112 - ... l'or et l'argent ne sont et n'ont jamais été une richesse en eux-mêmes, ne valent que par relation, et qu'autant qu'ils peuvent procurer les choses nécessaires à la vie, auxquelles ils servent seulement de gage et d'appréciation , il est indifférent d'en avoir plus ou moins , pourvu qu'ils puissent produire les mêmes effets...
Էջ 96 - États de l'Amérique , et des Indes orientales et occidentales , qui abondent en or et en pierreries, et qui manquent de pain. La vraie richesse d'un royaume consiste dans l'abondance des denrées, dont l'usage est si nécessaire au soutien de la vie des hommes, qui ne sauraient s'en passer1.
Էջ 112 - ... ce qui n'en est point du tout l'effet. Les fonds sont diminués de moitié pour le moins , parce que le prix de toutes les denrées est à la moitié de ce qu'il était il ya trente ans ; et les denrées souffrent celte diminution , parce qu'il s'en consomme beaucoup moins.
Էջ 234 - Par quelques mains que l'argent qui est introduit passe, il augmentera naturellement la consommation ; mais cette consommation sera plus ou moins grande suivant les cas; elle tombera plus ou moins sur certaines espèces de denrées ou de marchandises, suivant le génie de ceux qui acquièrent l'argent. Les prix des marchés enchériront plus pour certaines espèces que pour d'autres, quelque abondant que soit l'argent. En Angleterre, le prix de la viande pourrait enchérir du triple, sans que le...

Բիբլիոգրաֆիական տվյալներ