Page images
PDF
EPUB

l'œuvre presque entièrement méconnue de Scipion de Grammont dont nous mettrons en relief les traits essentiels.

Dans la troisième partie, nous assisterons au développement et à l'apogée du mercantilisme. Nous soulignerons le peu d'originalité relative des théories monétaires du xvIIe siècle, tout en insistant sur les conceptions personnelles de Colbert.

La quatrième étudiera la crise monétaire et financière de la fin du xvire et du commencement du xvi° siècle (1690-1715). Nous rencontrerons les noms de Vauban et de Boisguilbert, dont les œuvres sont caractéristiques de ce moment de crise aiguë et nous essayerons de relier leurs doctrines aux faits économiques dont ils ont été les témoins. La cinquième partie, la plus importante, nous conduira à l'étude des conceptions, injustement dénigrées, du banquier Law et à sa malheureuse expérience de 1716-1720. Nous tenterons de fournir de l'histoire du Système un exposé quelque peu nouveau, grâce à la production de documents inédits, et de dégager les véritables résultats de cette révolution financière.

La dernière partie sera consacrée au développement, dans la doctrine française, des idées de l'Ecossais : nous verrons les appréciations très favorables de Melon et de Dutot, très sévères de Paris-Duverney, très modérées et très perspicaces de Fortbonnais. Nous ne négligerons pas les noms oubliés de La Jonchère et de Dupré de Saint-Maur, ni ceux, éclatants, de l'abbé de Saint-Pierre, de Voltaire, de Montesquieu, mais nous réserverons toute notre attention pour l'examen d'œuvres aussi caractéristiques que celles du chancelier Daguesseau et du financier Cantillon.

S'il n'existe aucun travail d'ensemble sur un semblable sujet, il nous est cependant une obligation de signaler l'importance et les ressources du « Précis de l'histoire des doctrines économiques dans leurs rapports avec les faits et avec les institutions » du professeur Dubois. Plus de 200 pages y sont consacrées au mercantilisme européen. Si nous avons peu utilisé le Précis de M. Dubois, c'est que la plupart des auteurs que nous avons étudiés ont dû être trop sommairement analysés par lui.

D'autre part, ce travail était déjà en cours de rédaction, lorsque nous avons pris connaissance du livre du professeur Monroe, de l'Université de Harvard, sur les Monetary theory before A. Smith (1923). Cet ouvrage révèle une connaissance très rare de la plupart des sources, surtout anglo-saxonnes et allemandes, de la question. Toutefois nous nous permettrons de faire à l'œuvre du savant américain trois objections fondamentales. Tout d'abord sa connaissance de la littérature

moderne du sujet qu'il traite n'est pas toujours à la hauteur de son érudition et les lacunes sont considérables dans les travaux de langue française. Ensuite, son exposé est purement idéologique il s'est refusé à le mettre en rapport avec les faits, afin, nous dit-il dans son introduction, de ne pas nuire à l'architecture descriptive de l'ensemble. Nous nous demandons ce que l'œuvre de M. Monroe aurait perdu à vouloir être autre chose qu'une revue de plus de 200 auteurs, dans des cadres artificiels, pour y répondre à la série des questions posées d'avance? Enfin, et ceci est plus grave, M. Monroe ne connaît et ne cite beaucoup d'auteurs français que de seconde main.

Ce sont les raisons pour lesquelles nous n'avons pas cru devoir déposer la plume après la lecture de l'œuvre remarquable du professeur de Harvard, œuvre qui ne semble pas avoir été assez remarquée dans les pays de langue française 1.

Nous devons encore rendre hommage à toutes les monographies consacrées à l'un ou l'autre des auteurs en question et qui, le plus souvent, nous ont grandement facilité la besogne. Mais nous n'avons pas besoin de dire qu'en aucun endroit notre travail ne s'appuye sur autre chose que sur la source originale.

C'est pour nous un devoir de déclarer, en terminant, que jamais ce travail n'aurait pu être écrit sans l'enseignement et surtout les conseils de M. le professeur Simiand que nous avons eu la bonne fortune de rencontrer à l'Ecole pratique des Hautes Etudes. Nous lui témoignons ici l'expression de notre respectueuse gratitude 2.

Liége, juin 1927.

1. Nous n'en connaissons en effet que le compte rendu de M. Simiand, Année sociologique, 1925, pp. 742-744.

2. Nous associerons à cet hommage MM. Landry, Pasquet, Bigwood, Dejace et Mahaim, directeurs d'études à l'École pratique des Hautes Études de Paris et professeurs aux Universités de Bruxelles et de Liège qui, à des titres divers, nous ont présenté diverses observations pertinentes sur ce travail, en voie d'élaboration définitive.

Nous devons également exprimer notre gratitude à la Fondation universitaire de Belgique qui a généreusement subsidié cette publication.

[blocks in formation]

Archives du ministère des Affaires étrangères à Paris (A. A. E.). Mémoires et documents, France, 137, 140, 224, 225, 226, 312, 373, 502, 769, 810, 837, 991, 1039, 1106, 1160, 1167, 1186, 1209, 1218, 1233, 1235, 1255, 1346. Bibliothèque de l'Arsenal (B. A.). Manuscrits 3857, 3968, 4059, 4061, 4065, 4067, 4488, 4489, 4491, 4492, 4496, 4499, 4500, 4559, 4560, 4561, 4591, 4593, 4597, 6113, 6360, 10321.

Bibliothèque nationale (B. N.). Fonds français: 6231, 7731, 7752, 7759, 7762, 7763, 7764, 7765, 7766, 7767, 7768, 7771, 7774, 7799, 8038, 8973, 8978, 11149, 11152, 11153, 14159, 13416, 13691, 13692, 13693, 14092, 18497, 18499, 18503, 18504, 18506, 21435, 22245, 22249; Nouvelles acquisitions : 1431, 7263: Collection Clairembault: 529; Portefeuille de Fontanieu: 709712; Collection Joly de Fleury: 1467; Collection Moreau : 834.

Archives nationales (A. N.). E 3641; G7 598, 718, 721, 723, 776, 1391, 1392, 1393, 1618, 1620, 1628, 1629, 1705, 1706, 1707; K 883, 884, 885, 886; KK 955-959; U 957.

Bibliothèque mazarine (B. M.). Manuscrits 2342, 2351, 2762, 2763, 2764, 2765, 2782.

Bibliothèque de l'Institut (B. I.). Collection Godefroy, ms. 528.

Bibliothèque royale de Bruxelles (B. R.). Manuscrits 6854, 6855, 6856.

[blocks in formation]

DUMOULIN, Tractatus commerciorum et usurarum redituumque pecunia constitutorum et monetarum... (1555).

Summaire du livre analytique des contractz, usures, rentes constituees, interestz et monnoyes (1547).

DE MALESTROICT, Les paradoxes du seigneur de Malestroict, conseiller du Roi et maître ordinaire de ses comptes sur le fait des monnoies, presentes a S. M. au mois de mars 1566.

J. BODIN, Reponse aux paradoxes de M. de Malestroict touchant l'encherissement de toute chose et des monnoyes (1568).

J. BODIN, Discours sur le rehaussement et la diminution des monnoyes pour repondre aux paradoxes de M. de Malestroict (1576).

Les six livres de la République (1576).

TURQUAM, Remontrances faites au Parlement de Dijon, le 10 septembre 1573, par M. Th. Turquam, general des monnoyes (1573).

Memoire sur l'abolition du compte a livres (1578).

GIRARD, seigneur du Haillan, Discours sur l'extrême cherté qui est aujourd'hui en France, présenté à la Mère reine, mère du roi, par un sien fidèle serviteur (1574) (publié dans les Archives curieuses de l'histoire de France de Cimber et Danjou, 1re série, t. VI, 1834).

F. GRIMAUDET, Des monnoyes augment et diminution du prix d'icelles (1576).

GARRAULT, Recueil des principaux advis donnez et assemblees faictes par le commandement du Roy... (1578).

Paradoxes sur le faict des monnoyes (1578).

Traitte des finances de France... (1580), publié dans les Archives curieuses de Cimber et Danjou, t. IX, pp. 379-385.

FROUMENTAU, Le secret des finances de France (1581).

N. DE MONTAND, Le miroir des François (1581).

Cl. HATON, Mémoires (Documents inédits de l'histoire de France, 2 volumes, 1857).

DUPLESSIS MORNAY, Discours sur les moyens de diminuer l'Espagnol (1591). Fr. LE BEGUE, Traictie et advis sur les desordres des monnoies et diversite de moyens d'y remedier (Paris, 1600).

Raisons et motifs de l'edict et reglement general des monnoyes du mois de decembre 1614 (Paris, 1615).

Consultation au faict des monnoyes (Paris, 1627).

N. COQUEREL, Discours de la perte que les Français reçoivent en la permission d'exposer les monnoyes estrangeres (1608).

[ocr errors]

Veritable rapport des conferences tenues a Paris et Fontainebleau pour remedier aux desordres des monnoyes (1610).

Les causes principales du surhaussement des monnoyes de France et la maniere de remedier a la conservation des finances du Roy et du Royaume (1612).

Suite des rencontres de M. Guillaume dans l'autre monde (s. d.). Conference des monnoyes de France a celles d'Espagne et d'Angleterre et combien le marc d'or fin et d'argent le Roy ont valu depuis 438 ans en France et de quel dommage est le surhaussement de leur prix au royaume (1619).

Louis DE CHABAUD, seigneur du Maine, Raisons pour montrer que l'edit nouvellement faict sur les monnoyes est juste et qu'il est au soulagement du peuple (1609).

Apologie de l'edict des monnoyes ou refutation des erreurs de maistre Guillaume et de ses adherents (1610).

D. GODEFROID, Advis presente a la royne pour reduire les monnoyes a leur juste prix et valeur, empescher le surhaussement et empirance d'icelles (1611).

Ch. BERNARD, Discours sur l'estat des finances au Roy (1614).

N. ROLLAND, Advertissement pour servir de responce au Discours (1609). Nouvel advertissement pour servir de responce a l'Apologie derniere (1610).

Lettre du courrier de l'autre monde arrivee en France (1615).

MARIN LE BLANC, sieur de La Mothe, Advertissement au Roy et a son conseil pour remedier... (1615).

H. POULLAIN, Traitez des monnoyes (1621, 2e édition, 1709) 1.

De La Barre, Traicte des especes de monnoyes (1622) [introuvable].
A. DE GOURGUES, Tresor des monnoyes (1624) [introuvable].

SCIPION DE GRAMONT, Le denier royal. Traité curieux de l'or et de l'argent (1620).

MARESCHAL, Traité des changes et rechanges licites et illicites (Paris, 1625).

B. DE LAFFEMAS, Les tresors et richesses pour mettre l'Etat en sa splendeur (1598).

Comment l'on doibt permettre la liberte du transport de l'or et de l'argent hors du royaume et par tel moyen conserver le nostre et attirer celuy des estrangers (1602).

La ruine et disette d'argent qu'ont apporte les draps (1608).

SULLY, Memoires des sages et royales Oeconomies d'Estat, domestiques, politiques et militaires de Henry le Grand (Michaud et Poujoulat, Nouvelle collection de Mémoires relatifs à l'histoire de France, t. XVI et XVII). MONTCHRESTIEN, Traicte de l'œconomie politique (1615).

Emeric CRUCE, Le Nouveau Cynee ou Discours d'Estat representant les occasions et moyens d'establir une paix generalle et la liberte du commerce par tout le monde (1623).

LE BRET, De la souveraineté du Roy (Paris, 1623).

Jean DOUET, Advis au Roy pour oster le moyen aux meschans de contrefaire ses monnoyes... (Paris, 1634).

Au Roy, sur le sujet du rehaussement de ses monnoyes du mois de mars 1636 (Paris, 1636).

Au Roy, continuation des memoires concernant les monnoyes de France (1639).

Remonstrance generale sur la grande utilite publique de l'augmentation du prix des monnoies tant de France qu'estrangeres pour le bien et soulagement du peuple (1636).

SAQUEZ, Memoires et lettres sur le sujet des finances... (1648-1664).

Factums avec lettres de Chastillon, Effiat, etc. [introuvables].

A. DE LA PIERRE, Advis sur les propositions faites au Conseil du Roy d'une fabrication de menue monnoye d'argent et de billon (1647).

[ocr errors]

Examen d'un advis propose sur le cours des quardécus. Recherche des causes qui produisent les contestations sur le cours des quardécus a 21 sols (1647).

De la necessite qu'il y a de peser les monnoyes d'or et d'argent (1644). Abus et fraudes qui se commettent au pezement des monnoyes et des autres matieres d'or et d'argent (s. d.).

De la necessite du pezement ordonne pour les especes de monnoye d'or et d'argent (s. d.).

- Traite des monnoyes usees de leur cours et de leur pezement (1651). Response aux propositions faites au roy le mois de juillet 1653 sur une fabrication de nouvelles monnoyes (1653).

Reponse de M. A. de La Pierre contre le traitte pretendu des liards de cuivre (1654).

- Calcul du revenant bon au profit du traitant... (1656).

Replique a la responce que le traittant de la nouvelle monnoye fait publier sous le faux titre de la Verite decouverte... (1656).

LA GOMBERDIÈRE, Nouveau reglement general sur toutes sortes de marchandises et manufactures qui sont utiles et necessaires dans ce royaume (1634),

1. La bibliographie de H. Poullain comprend d'autres mémoires, la plupart inédits, dont nous avons essaye de dresser la liste à la 2o Partie, chap. 11.

« ՆախորդըՇարունակել »