Page images
PDF
EPUB

CXV. To the municipalities belong the administration, care, and encouragement of the local interests and those of the respective establishments which are within their territory; they are equally charged with the formation and preservation of the civic register as well as of that of the population, conformably to the law.

CXVI. The election of the members of the municipalities shall be effected by citizens in exercise of their rights, in the manner appointed by the law, and neither ecclesiastics nor employés in receipt of a salary from the State are eligible.

CXVII. The administration of the municipal funds shall exclusively belong to the magistrates, &c., in conformity with their respective regulations.

CHAPTER XVI.Public Armed Force. CXVIII. The object of the public armed force is to guarantee the rights of the nation abroad, and to secure order and the due execution of the laws at home.

Military obedience shall be subordinate to the Constitution and the laws.

CXIX. The public armed force is composed of the National Guards, of the Army, and Navy, under the organization designated by the law. All employment of the armed force belongs to the public.

CXX. The national guards shall be organized in the proportion determined by the law, but no province shall fail to have at least one body of militia.

CXXI. There cannot be in the army more than two Generals of division and four of brigade; nor in the navy more than one RearAdmiral.

CXXII. There shall be no Generals commanding-in-chief, except in time of war declared conformably to this Constitution.

CXXIII. Recruiting is forbidden; the public armed force can only be raised by the means expressly provided by the law.

CHAPTER XVII.The Judicial Power. CXXIV. Justice shall be administered by the tribunals and courts of justice.

cxxy. The members of the judicial power are removable, and the law shall fix the duration of their employments.

CXXVI. There shall be in the capital of the Republic one Supreme Court of Justice, in those of the departments, Superior Courts, according to the judgment of the Congress; in the provinces, Courts of Instance, and in all the towns, Courts of Justices of the Peace,

The number of the courts of first instance in the provinces, and

that of justices of the peace courts in the towns, shall be determined by a law.

CXXVII. The voting members of the Supreme Court shall be nominated by the Congress from a double ternary list furnished to it by the Executive Power; those of the superior courts and of the courts of first instance shall be nominated by the Executive from double ternary lists furnished by the Departmental Juntas.

CXXVIII. Publicity is essential in trials ; the tribunals cannot deliberate in secret, but the votes must be given aloud and with open doors.

The reasons for the sentences shall be given, as well as the law or general principle upon which they are grounded.

CXXIX. Every trial by commission is prohibited.

CXXX. No power nor authority can remove to itself law-suits pending in another court, nor remove them to a court of another instance, nor revive law-suits already decided.

CXXXI. Magistrates and judges incur State prosecutions for: 1. Prevarication. 2. Bribery. 3. Abbreviation or suspension of the judicial forms. 4. Illegal procedure against individual guarantees.

CXXXII. For watching over the execution of the laws there shall be a National Fiscal or Legal Commissioner in the capital of the Republic, fiscals and agents of the same in the towns, all possessing the powers designated by the law.

CXXXIII. The National Fiscal shall be nominated in the same manner as are the voting members of the Supreme Court of Justice; those of the departments like the voting members of the superior courts, and the fiscal agents as the judges of first instance.

CHAPTER XVIII.-Reform of the Constitution. CXXXIV. When one or more Constitutional Articles are to be reformed, the Bill for that purpose must be approved of in three successive Legislatures, and, as is the case with every Bill, must be previously discussed in each of the Chambers.

CHAPTER XIX.- Temporary Provisions. CXXXV. The renovation of the Congress in the two first Legislatures shall be effected by lot.

CXXXVI. The VIth Article does not destroy the property of the employés, nor the rights acquired by them up to the date of this Constitution.

CXXXVII. The Articles XXXIII and XXXIV do not deprive of the rights attached to the being a Peruvian by birth or by naturalization, such individuals as are in the lawful possession of such qualification.

CXXXVIII. Generals who are in lawful possession of the rank shall continue in it notwithstanding what has been provided by Article CXXI, but upon his death no substitution can take place except when the number of such officers is below that specified in the same Article, and such substitution will but complete the number.

CXXXIX. Exclusive tribunals and courts of justice, as well as their special Codes, shall continue until the law sball have made in them the necessary reforms.

CXL. The Constitution shall be in force from the day of its promulgation, without the necessity of swearing to observe it.

Given at the Hall of Sessions in Lima, on the 13th day of October, 1856.

TREATY of Friendship and Commerce, between Denmark and

Persia.Signed at Paris, November 30, 1857.8

[Ratifications échangées à Paris, le 18 Août, 1859.]

Au nom du Dieu clément et miséricordieux! Sa Majesté Frédérik VII, par la grâce de Dieu, Roi de Danemark, des Vandales et des Goths, Duc de Slesvick, Holstein, Stormarn, des Dithmarses, de Lauenbourg et d'Oldenbourg ;

Et Sa Majesté dont l'étendard est le soleil, le Sacré, l'Auguste, le Grand Monarque, le Roi des Rois et le Souverain de tous les Etats de Perse;

L’un et l'autre également et sincèrement désireux d'établir des rapports d'amitié entre Leurs Etats respectifs, ont voulu les consolider par un Traité d'Amitié et de Commerce réciproquement avantageux et utile aux sujets des Deux Hautes Parties Contractantes, et à cet effet ont désigné pour Leurs Plénipotentiaires :

Sa Majesté le Roi de Danemark : Son Envoyé Extraordinaire et Ministre Plénipotentiaire près Sa Majesté l’Einpereur des Français, le Baron Jean Charles Daniel Ulysse Dirckinck de Holmfeld, Son Chambellan et Grand-Veneur, Grand-Croix de Son Ordre de Danebrog et décoré de la Croix d'Honneur du même Ordre, Grand-Croix de l'Ordre Impérial de Russie de St. Stanislas, de celui des Guelples de Hanovre et de celui du mérite d'Oldenbourg, Chevalier de l'Ordre de St. George de Russie et de celui du Mérite Militaire, &c.

Danois, et l'Empingcence entre le Roaura amitié sincómo

Et Sa Majesté l'Empereur de toute la Perse: Son Excellence Ferrokh Khan Eminol Molk, Ambassadeur du Sublime Empire de Perse, Porteur du Portrait Impérial et du Cordon bleu et de la ceinture de Diamants, &c.

Et ces deux Plénipotentiaires s'étant réunis à Paris, ayant échangé leurs pleins pouvoirs et les ayant trouvés en bonne et due forme ont arrêté les Articles suivants :

ART. I. A dater de ce jour il y aura amitié sincère et une constante bonne intelligence entre le Royaume de Danemark et tous les Danois, et l'Empire de Perse et tous les sujets Persans.

II. Les Ambassadeurs, Ministres Plénipotentiaires ou autres Agents Diplomatiques qu'il plairait à chacune des Hautes Parties Contractantes d'envoyer et d'entretenir auprès de l'autre seront reçus et traités dans les deux pays respectifs, eux et tout le personnel de leur mission, comme sont reçus et traités les Ambassadeurs ou Ministres Plénipotentiaires ou les autres Agents Diplomatiques des nations les plus favorisées et ils y jouiront de tout point des mêmes prérogatives et immunités.

III. Les sujets des deux Hautes Parties Contractantes, voyageurs, négociants, industriels et autres, soit qu'ils résident sur le territoire de l'un ou de l'autre Etat, seront respectés et efficacement protégés par les autorités du pays et leurs propres agents, et traités à tous égards comme le sont les sujets de la nation la plus favorisée.

Ils pourront réciproquement apporter par terre et par mer dans l'un et l'autre Etat et en exporter toute espèce de marchandises et de produits, les vendre, les échanger, les acheter, les transporter en tous lieux sur le territoire de l'un et de l'autre Etat.

Mais il est bien entendu que les sujets de l'un et de l'autre Etat, qui se livreraient au commerce intérieur, seront soumis aux lois du pays où ils font le commerce.

IV. Les navires respectifs et les marchandises importées ou exportées par les sujets respectifs des deux Hautes Parties Contractantes ne paieront dans l'un ou dans l'autre Etat, soit à l'entrée soit à la sortie, que les mêmes droits que payent à l'entrée ou à la sortie, dans l'un et l'autre Etat, les navires, les marchandises et produits importés et exportés par les marchands et sujets de la nation la plus favorisée, et nulle taxe exceptionnelle ne pourra sous aucun nom et sous aucun prétexte être réclamée dans l'un comme dans l'autre

Etat.

V. Pour la protection de leurs sujets et de leur commerce respectifs et pour faciliter de bonnes et équitables relations entre les sujets des Hautes Parties Contractantes, elles se réservent la faculté de Dommer chacune trois Consuls. Les Consuls du Danemark résideront à Téhéran, à Bender-Bouehir et à Tauris ; cei de la Perse à Copenhague, Flensbourg et Altuna.

Les Consuls des deux Hautes Parties Contractantes jouiront réciproquement sur le territoire de l'un et de l'autre Etat, où sera établie leur résidence, du respect, des priviléges et des immunités accordés dans l'un et dans l'autre Etat aus Consuls de la nation la plus favorisée.

Les Agents Diplomatiques et les Consuls du Danemark en Perse ne protégeront ni publiquement ni secrètement les sujets Persans.

Les Agents Diplomatiques et les Consuls Persans en Danemark ne protégeront ni publiquement ni secrètement les sujets Dadois.

Les Consuls des Gouvernements contractants, qui dans l'un et l'autre Etat se livreraient au commerce, seront soumis aux mêmes lois et aux mêmes usages auxquels sont soumis leurs nationaux faisant le même commerce.

TI. Le présent Traité d'Amitié et de Commerce circenté par la sincère amitié et la confiance qui règne entre les monarchies da Danemark et de la Perse sera, Dieu aidant, fidèlement observé et maintenu de part et d'autre pendant douze ans, à dater da jour où les ratifications seront échangées. Mais si une année avant l'expiration du terme fixé, aucune des deur Hautes Parties Contractantes n'a annoncé officiellement à l'autre l'intention d'en faire cesser les effets, il continuera à rester en vigueur pour les deur Parties pendant un an, à dater du jour où il aura été dénoncé, quelle que soit l'époque à laquelle cette déclaration aura eu lieu.

Les Plénipotentiaires des deux Hautes Parties Contractantes s'engagent à échanger les ratifications de Leurs Augustes Souverains à Paris ou à Constantinople dans l'espace d'un an, ou plus tôt, si faire se peut.

En foi de quoi les Plénipotentiaires respectifs des deux Hautes Parties Contractantes ont signé le présent Traité et y ont apposé leurs sceau.

Fait double en Français et en Persan le 30me jour du mois de Novembre, de l'an du Christ, 1857.

(L.S.) T. DIRCKINCK DE HOLMFELD. (L.S.) FERROKH KHAX.

« ՆախորդըՇարունակել »