Page images
PDF
EPUB

positum capiti nostro sublevandi gratia adinventum. In the next section comes the etymology, lest the reader should still be uncertain concerning the meaning of the word pillow. Here pulvinar is very naturally deduced from polula, a foot-ball, and it follows, like a chain, that polula comes from bulbus, a root. We may apply the French epigram to this sort of derivation :

Alfana vient d' Equus, sans doute;
Mais il faut avouer aussi,

Qu'en venant de la jusqu'ici
Il à bien changé sur la route.

As if all this precision were not sufficient, another definition follows, of the component matter of a pillow.

Hoc est pulvinar, seu lectus capitis brevior, hoc est omne id quod ad ejus elevationem et erectionem adhibetur, sive ex plumis vel stramentis constet, aut alia commoda pro personæ ac loci conditione materia: The author concludes with this severe commination against these pillow-jerkers: quod dum ita contra conscientiam rectam, Deique ac legum voluntatem, agant, se privent animi tranquillitate, simulque peccatis exponant gravissimis, unde Deum scelerum horum vindicem severum habeant metuendum. Id ergo ne fiat, cavenda hæc solicité omnibus est cervi cularum subductio, ut per se illicita et injusta, &c.

Note V.

Bruscambille's Prologue on Noses.

Or Messieurs, puisque nous sommes sur la matiere des nez, ne laissons pas un beau champs sans le cultiver le proverbe si commun en France de dire voilà qui n'a pas de nez nous y servira beaucoup; c'est une maniere de parler commune à tout le monde, & dont on se sert fréquemment; je vous prends vous mêmes à témoins, Messieurs, n'est-il pas vrai que quand on veut mépriser quelque chose on se sert ordinairement de ce proverbe; si par example un homme comme moi qui ne suis pas des plus habiles en tout genre, hazarde parmi le public quelque œuvre ou discours imparfait comme celui que j'ai présentement en bouche, ne dira-t-on pas en le méprisant, voilà qui n'a point de nez.

On en pourra dire autant d'un peintre, d'un orfévre, de l'auteur d'un pitoyable livre, & generalement de toute sorte de choses qui ne seroit pas dans le goût des Messieurs qui se qualifient du nez fin; de maniere qu'à leur sentiment tout ce qui n'a point de nez est méprisable & ne mérite pas de voir le jour. Et c'est la raison pourquoi l'on cache ordinairement le cul comme étant un visage qui n'a point de nez ; & au contraire la face est toujours découverte à cause qu'il y a dans le milieu un nez; un homme sans nez est rejetté des

femmes. Le phisionomiste Albert le grand, aussibien que le sçavant Trismegiste, disent que les femmes estiment les grands nez nobles & de bonne race, les médiocres de contentement & les petits de bon appetit. Souvent les grands arbres plantez en bonne terre fructifient noblement.

Sçavez-vous, Messieurs, pourquoi le sexe feminin n'est pas si bien pourvû de nez que le mascu lin? L'on tient & l'on assure que c'est à cause du peu d'état que la curieuse Pandore fit de l' Ordonnance de Jupiter, lequel lui ayant baillé la boëte où étoient renfermez tous les malheurs & infortunes, avec défense expresse de l'ouvrir, cette misérable curieuse fût si fort tentée, que Jupiter n'eût pas plûtôt le cul tourné, qu'elle eût le nez dedans : je vois que vous riez de cette expression, Messieurs, ne vous imaginez pas que je veulle dire que Pandore eût mis le nez dans le cul de Jupiter, aussitôt qu'il s'en fut allé, cette expression équivoque tombe sur la boëte fatale dans laquelle sa curiosité la porta y mettre son nez, c'est-à-dire, à y regarder contre la défense de Jupiter. De quoi cette divinité étant indig née, permit que les malheurs, disgraces & infortunes renfermez dans cette boëte, se répandissent impitoyablement sur la terre: et voilà un échan'tillon de l'obligation que nous avons aux femmes qui veulent fourrer leur nez par tout.

Je n'entreprend point de faire ici une ample

description des differens nez avec les proprietez singulieres qui leur sont annexées, j'en dirois peut être trop des grands nez au préjudice des nez médiocres, des petits nez, des nez cornus, des nez plats & autres de toute sorte d'espece, je me contente de dire que les grands nez ont beaucoup d'avantage sur les petits pour les odeurs dont ils sont l'organe naturel, d'autant que par leur capacité plus étendue ils peuvent recevoir plus de vapeurs odoriférentes & que celles qui montent de bas en haut leur peuvent moins échapper qu'aux petits nez: en un mot, Messieurs, si c'est quelque chose de beau, de bon, de loüable, d'avantageux en tout genre d'avoir du nez, il le doit être encore plus d'avoir du grand nez: un homme qui a du néz sent toutes choses, celui qui n'a point de nez ne se sent pas soi-même; le nez discerne les senteurs comme l'œil les couleurs, l'aveugle peut juger des senteurs, & les vents du Pais-Bas qui souflent à la sourdine dans ses chausses sont découvertes par l'expérience de son nez. Je finis, Messieurs, en vous disant que si j'avois un pied de nez davantage, je ferois un discours qui auroit plus de nez; & je crains que quelque médisant ne vienne ici critiquer sur ce mien verbiage & ne publie à mon deshonneur & au vôtre, que vous êtes des idiots de vous laisser ainsi mener par le nez.

OF CERTAIN

VARIETIES OF MAN,

described by Authors.

« ՆախորդըՇարունակել »